• Pour Noël allez-vous faire comme Michèle ? Détendez-vous !

    ♫️ ►️ Mère Michèle - Ben Ali

    "A Noël j'ai décidé de passer quelques jours en Tunisie.

    Au départ même je ne savais pas exactement où nous allions et je n'ai pas demandé le plan de vol..."

     

    Détendez-vous !


  • Un petit détour par la techno des années 90. Un clip créatif avec pas grand chose, de l'humour  un son techno old school.

    Attention vous risquez de vous taper la pub... Clip à voir tout de même.


  • Pas évident de mettre des paroles, sur de la new beat en dehors des extraits de  sample ou du  refrain répétitif minimaliste ? Et pire encore si ce sont des textes chantés en français ?

    Ouais... Ben  la souterraine est un label qui s'intéresse à la "French & francophone pop underground" Si vous aimez la chanson à texte un peu décalée vous ne serez pas déçu (écoutez les Villars qui chantent " Démission") ou simplement plus belle et un peu moins formatée (Maud Lübeck - A la fin)...

    Mais il y a surtout  un titre qui sonne vraiment new beat celui de d'Antoine Léonpaul - "Ouais"  indispensable dans votre collection de titres new beat /new-wave désabusés et dépressifs...

    Et puisque il faut "maudire l'insolente mémoire des tiroirs", il ressort d'un de mes tiroirs un titre faisait fureur dans les clubs en 1987, Max Berlin, avec son sensuel "Elle et moi".

    "Ouais" d 'Antoine  Léonpaul  c'est un peu le pendant de Max Berlin ? Je souhaite à ce titre de faire un aussi grand chemin.

     


    votre commentaire
  • Une minute culturelle

    sans commentaires...




  • En 1988 Bellucci, du prolixe trio Morton Sherman Bellucci, estimait que la New beat effrayait les maisons de disques car : "Il y a un tas d’échantillonnage dans ce courant musical. Nous savons que certaines des choses que nous faisons ne sont pas vraiment légales. ». Bellucci  sait de quoi il parle puisque le trio a utilisé des samples sur au moins huit de ces titres : http://www.whosampled.com/Morton-Sherman-Bellucci/

    Vingt huit ans plus tard les choses commencent  à peine à bouger : les péripéties judiciaires du  rappeur et producteur Moses Pelham avec le groupe Kraftwerk s’achèvent sur une victoire pour la création musicale. Kraftwerk reprochait à Moses Pelham d’avoir samplé un de ses morceaux pour le titre hip- hop « Nur mir»de la chanteuse Sabrina Setlur a finalement perdu son procès.

    Les juges de la cour constitutionnelle de Karlsruhe ont considéré que l'échantillonnage est un processus artistique légitime dans la mesure où la nouvelle "oeuvre n'entre pas en concurrence directe avec le morceau original" et n'entraîne pas un préjudice financier pour le détenteur des droits.

    Epilogue lamentable pour un groupe comme Kraftwerk si important dans le développement de la musique électronique : que ce soit l’EBM, la New beat  ou la techno du début des années 90.

    Mais là où on touche vraiment le fond c’est lorsque, selon l’Express, : « Lors d'une audience en novembre 2015, Ralf Hütter avait [...]  invoqué l'un des dix commandements - "tu ne commettras pas de vol" - pour affirmer qu'il devait aussi s'appliquer aux artistes. ».
    C'est dire si Kraftwerk a la mémoire courte puisqu’il a lui-même samplé Paul Hindemith (pour Tour de France en 1983) sans être le moins du monde inquiété :
    http://www.whosampled.com/sample/20411/Kraftwerk-Tour-De-France-Paul-Hindermith-Sonate-F%C3%BCr-Fl%C3%B6te-Und-Klavier/

    En attendant que la loi évolue franchement dans tous les pays il n’est pas inutile de rappeler que le pastiche est lui autorisé par l’article L 122-5 du Code de la Propriété Intellectuelle. La parodie, le pastiche ou la caricature dans le but de faire sourire ou rire, sans pour autant chercher à nuire à l’auteur n'enfreignent pas le droit d'auteur et ne relèvent pas du plagiat. Donc à vos samplers vocodérisez sur l’air de radio-activity :

    “Sampling activity
    Is in the air for you and me

     Sampling activity
    Discovered by fantaisy

    Sampling activity
    Tune in to the melody”

    New beat et Sampling : Krafwerk découvre la « Kunstfreiheit »