• · Remix politique et scotching... 

    Par newbeat.invader dans Accueil le 20 Mars 2013 à 23:20  

    Utiliser des échantillons de discours politiques dans un morceau remonte au moins aux années 70. Au début des années 80, la numérisation du son et l’apparition des échantillonneurs ont rendu encore plus facile l’incorporation de toute sorte de sons [1] , notamment grâce au "time stretching" (modification de la durée d’un son sans en changer la hauteur) et au pitch-shifting (modification de la hauteur d’un son sans en changer la durée).

    Avec le titre de BSR Qui (m'a enlevé)? La new beat initie une nouvelle pratique le « remix politique ».

     "QUI..." se compose d’échantillons de la conférence de presse d’un politicien belge Paul Vanden Boeynants « VDB ». On peut y entend la voix de VBD machinale et saccadée chanter « VVV VDB tu ne vas pas crever ! » qui préfigure très largement le « scotching » [2] .

    BSR crée une ambiance sonore en connivence avec les polars et les James Bond tout en introduisant une narration quelque peu comique tournant à la dérision un VDB qui mène l’enquête : « Qui m’a enlevé ? Si je le savais ce serait facile ».

     La technologie de l’échantillonnage a permis l’émergence d’une nouvelle forme de contestation immédiate et paradoxale : monter les propos de son adversaire pour le « démonter ».

    Ce qu’illustre la riposte rapide des « Bassline Boys » avec le morceau « On se calme » sorti la même année (1989) quelques mois plus tard. Ce morceau est une sorte de droit de réponse à l’émission polémique et médiocre de « Ciel mon mardi » consacrée à l’acid la house et la new beat. En reprenant les mots du camp opposé pour les lui faire dire autrement l’artiste donne à entendre en filigrane ses propres arguments, quitte pour cela à trafiquer les lui faire dire autrement l’artiste donne à entendre en filigrane ses propres arguments, quitte pour cela à trafiquer ses mots et ses phrases. Le discours de l’adversaire subverti, ridiculisé se transforme en parodie contre lui-même.

    [1] [A titre de repère, le site http://www.whosampled.com indique que le discours de Martin Luther King a été inclus dans un seul morceau en 1976 contre 34 à partir de 1984. 

     http://www.whosampled.com/sampled/Martin%20Luther%20King,%20Jr./?sp=1. 

     [2] Terme utilisé par Malto pour qualifier un remix où la prosodie de la voix est manipulée de façon à faire littéralement chanter le politicien